Architecture écologique, définition et exemples

De nos jours la recherche de la protection de la nature est au centre de plus en plus de démarches et l’architecture d’intérieur ne fait pas exception à la règle, bien au contraire et c’est tout à fait appréciable que le secteur du bâtiment s’y montre sensible car il s’agit bel et bien d’un enjeu d’avenir que le milieu de la construction, qui forcément mise sur l’avenir et la durabilité par nature, peut mettre en valeur de la meilleure des manières.

Qu’est-ce que architecture écologique ?

Nous avons déjà abordé sur ce blog l’architecture verte, laquelle est bien évidemment un exemple probant d’architecture écologique moderne, mais nous allons vous proposer ici une définition plus aboutie d’une construction que nous pourrions qualifier comme s’appuyant sur une architecture écolo.

architecture ecologique definition

Comme chacun le sait, le prisme écologique vise la préservation des ressources naturelles au maximum, permettant de construire une chose ou un système qui se veut durable mais qui préserve également la durabilité de la planète dans le meilleur état que possible. Vous vous demandez peut-être dès lors comment cela se manifeste au niveau de l’architecture et de la construction ? Question fort légitime et pour être honnête, nous n’imaginons pas sans s’être penché sur la question toutes les dimensions qui peuvent entrer en ligne de compte.

En effet, cela commence par une bonne orientation du bâtiment en fonction du soleil et de la lumière naturelle dont il va pouvoir bénéficier.

Nous allons faire ici un aparté avant de poursuivre, toute personne qui souhaite devenir architecte d’intérieur doit avoir cela présent à l’esprit avant d’entamer n’importe quel projet architectural. La meilleure optimisation en fonction de l’orientation du bâtiment et de la lumière ne sera pas toujours possible à mettre en place en fonction des contraintes émises par le donneur d’ordre et / ou la configuration des lieux, mais toujours essayer faire au mieux en la matière vous permettra de le retrouver par la suite dans la satisfaction projet louant ainsi votre travail de maître d’oeuvre dans sa globalité.

Reprenons après la bonne orientation du ou des bâtiments, celle-ci se poursuivra par une construction permettant la meilleure isolation thermique que possible. Pour cela, la construction s’appuiera à l’envi sur des matériaux par ailleurs connus pour limiter les déperditions de chaleur.

Le bâtiment pourra enfin s’appuyer sur les énergies naturelles, mais aussi sur toutes les technologies modernes qui peuvent permettre de récupérer et de transformer de l’énergie. On pense ici par exemple aux panneaux photovoltaïques (ou à un autre système de récupération d’énergie solaire que nous les verrons un peu plus loin dans l’article), mais également à l’implémentation facilitée de systèmes permettant la récupération de l’eau de pluie.

Pour en résumer les grandes lignes, une architecture écologique sera une architecture qui :

  • minimisera son impact sur l’environnement,
  • veillera à réduire au maximum la consommation d’énergie,
  • facilitera l’habitabilité pour les personnes qui l’occuperont de manière à ce que ces derniers s’y sentent bien sans devoir avoir une consommation d’énergie polluante excessive.

Quelques exemples d’architecture écologique modernes

architecture ecologique moderne

Ici, nous n’allons pas vous donner des exemples de maisons ou de constructions finalisées, mais plutôt un ensemble d’éléments à prendre en considération pour pouvoir vous doter d’un habitat respectueux de l’environnement et qui préserve au mieux les ressources naturelles.

  • Nous l’avons vu ci-dessus, un élément qui paraît évident pour commencer, l’orientation du bâtiment qui va être construit en fonction de la lumière du jour ;
  • Ensuite, l’utilisation de matériaux économes en énergie. L’idée est non seulement de dénaturer un minimum au moment de la construction, mais aussi de préserver au maximum l’environnement au cours de l’habitabilité qui va s’ensuivre. Cela consiste à exploiter des matériaux qui limitent les déperditions de chaleur et qui seront sélectionnés pour les belles complémentarités qu’ils auront entre eux pour que le logement soit le plus économe en énergie que possible tout en restant pleinement fonctionnel ;
  • L’implémentation d’un ou plusieurs système(s) permettant la récupération de l’énergie solaire parmi les techniques suivantes : le solaire thermique, le solaire photovoltaïque ou le solaire thermodynamique ;
  • L’implémentation d’un ou plusieurs système(s) permettant de récupérer de l’eau de pluie pour tous les types d’usage qui peuvent s’envisager avec cette dernière : arrosage des plantes et du jardin, nettoyage des sols, évacuation des eaux des WC en l’utilisant comme une chasse d’eau, etc.
  • La VMC aussi peut-être un excellent moyen, par l’intermédiaire d’un double flux et d’un échangeur prévu à cet effet, de faire entrer de l’air frais dans un logement et d’en faire sortir un air « vicié ».
  • Outre les systèmes additionnels, des éléments de la construction même peuvent être optimisés, pièce par pièce, pour être économes en énergie. Nous pensons par exemple ici à tout ce qui concerne les ouvertures : portes, portes de garage (même si les exigences de chaleur sont moindres et que l’on est souvent bien content d’avoir une pièce plus fraîche dans la maison) et surtout, surtout les fenêtres ! De nos jours, il existe des modèles de fenêtre qui laissent entrer un maximum de luminosité alors que le châssis, lui, sera identique. Une fenêtre de ce type, en laissant entrer davantage de lumière naturelle (le bénéficie en la matière peut parfois aller jusqu’à 15% pour un châssis identique), vous permettra de limiter votre consommation d’électricité et de chauffage à la fois.

Bien évidemment, que votre habitation soit passivement et / ou activement économe en énergie, pour en faire pleinement une construction durable et faire en sorte de ne pas gaspiller ou détériorer les ressources naturelles, c’est aussi votre mode de vie à l’intérieur de ce logement qui contribuera à en faire un idéal d’écologie.

La maison en fuste, bel exemple d’architecture écologique

Si vous en cherchez, parmi d’autres en la matière, un bel exemple d’architecture écologique, la maison en fuste en est un excellent. Ce matériau en bois est par nature économe en énergie et la construction, quand elle respecte les règles de l’Art contribue à améliorer l’isolation thermique et à rendre ainsi l’habitation peu dépensière – surtout si vous jouez le jeu en tant qu’habitante ou habitant de la maison en question – en ressources énergétiques non naturelles.

exemple maison en fuste

Outre le côté écologique, avec le fuste vous pourrez en plus avoir le même charme et le même côté chaleureux caractéristique d’une maison en bois comme ci-dessus.

En effet, une maison en fuste bien conçue sera de fraîche à froide l’hiver et chaude l’été mais avec une chaleur sèche et qui restera tout à fait vivable et agréable. Avec un éclairage à LED (ou un système d’éclairage équivalent) et l’hiver, quelques couches de couvertures et de vêtements supplémentaires et vous aurez là une architecture écologique exemplaire. Bien orienté et exploitant des équipements comme ceux que nous venons d’aborder en complément, c’est un si bel exemple que cela pourrait même être considéré comme un aboutissement pour certaines et certains pour qui le respect de la nature et la durabilité sont des maîtres mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*